Politique de collaboration

Version imprimablepublié par Hors-d'Øeuvre le 21 juin 2012

En tant que collectif, c’est d’abord la solidarité qui nous unit. Notre travail prend forme à la fois en marge et au sein de nos activités professionnelles respectives mais les déborde assurément lorsque nous sommes réunis et attablés, affairés à l’élaboration de desseins plus dignes. Le communisme est un projet passionnant et son esquisse incombe à chacune et chacun. Trop de prolétaires demeurent occupés, trop nombreux sont les centres d’intérêts qu’il importe de conquérir. Nous ne faisons pas le poids dans cette lutte où nous avons été malgré nous jetés. Nous en savons bien assez sur ce monde pour nous en écoeurer et pourtant, cela est bel et bien insuffisant pour le changer. Combien de fois avons-nous tous et toutes témoigné et vécu la misère qui accable l’individu aux prises avec lui-même. Nous ne souhaitons plus contribuer à notre propre malheur et nous reconnaissons qu’il est possible qu’un groupe se retrouve isolé et s’enlise dans ses retranchements suite à une charge dont la violence impressionne.

Mais après tout et franchement, Hors-d’Øeuvre n’est pas si méchant. Et la mauvaise réputation qui accompagne les révolutionnaires n’a, vous en conviendrez, rien de très utile. Nous souhaitons faire de nos luttes des expériences contrôlées et savons combien d’entre nous ne s’en approcheraient pas sans un soutien continu. Il nous importe d’autant plus de développer une praxis révolutionnaire pour laquelle l’entraide jouera un rôle essentiel. La dénonciation et l’arrogance, il y en a qui la mériteront, certes, mais nous savons que les gens susceptibles de prendre notre parti dans la lutte sont plus nombreux que ce que l’on voudrait croire. Ici se trouvent explicitées les bases sur lesquelles nous désirons bâtir les rapports qui nous permettront de grandir dans la coopération et de partager cet épanouissement avec les personnes qui prendront notre jeu au sérieux.

L’avenir nous réserve à tous son lot de difficultés et nous voudrions dans nos projets futurs développer une praxis de l’entraide permettant à ceux et celles qui nous rejoignent objectivement comme subjectivement de bénéficier de notre groupe comme nous bénéficieront nous-mêmes de leur contact.
 
Pour ce faire, quelques actions sont nécessaires de notre part d’abord.
1-   S’assurer d’une transparence de nos politiques.
2-   Établir le dialogue sur une base d’intérêts et de partage.
3-   Assurer des suites concrètes aux dialogues, retours et approfondissements.
4-   Proposer des collaborations ou des ouvertures tant dans les projets d’HØ que dans des projets ciblés en lien avec nos objectifs.
5-   Faire avec la personne impliquée le bilan de son expérience.
6-   Faire avec la personne impliquée le bilan de notre expérience.
Nous souhaitons avant tout faire de nos luttes des expériences contrôlées. Compte tenu de la précarité d’une pareille emprise sur nos projets de par le terrain miné qui devient le lieu de nos affrontements avec le monde (la culture), la rigueur s’impose plus qu’autrefois. Voilà donc, afin d’éviter tout malentendu, une politique à travers laquelle pourront prendre forme les rapports que nous espérons entretenir avec vous.
 
Ponctuelles a):
s’adresse à des collaborateurs utiles dans un contexte précis. C’est HØ qui les approche et non l’inverse. Pour éviter de se lancer dans un nombre incalculable de petits projets, les collaborations ponctuelles sont mises en relations avec le projet lancé par HØ et ou les collaborations soutenues. Elles ne possèdent pas de droits sur le projet hormis celui de s’y impliquer ou de s’en retirer en laissant le résultat de leur travail entre les mains des gens en charge, pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’une commande qui ne peut être utilisée en dehors de son contexte. Bien entendu le collaborateur peut refuser à HØ l’usage de son apport, mais ne peut le conserver pour lui-même non plus. Ils ne possèdent pas de droit décisionnel sur l’orientation du projet. L’avantage de ce type de collaboration réside principalement dans la publicité des talents du collaborateur et de son inscription dans un projet plus large. Les crédits de son implication particulière lui seront spécifiquement attribués en tant que, principalement,technicien.
 
Ponctuelles b):
S’adresse à des collaborateurs désireux de voir un projet mené à bien sans toutefois en avoir les moyens techniques, relationnels ou organisationnels. Le projet est soumis à HØ qui l’étudie avec le collaborateur. HØ a pour responsabilité de mettre en relation le collaborateur avec des personnes ressources, ou, dans la mesure du possible, de fournir les bases matérielles et organisationnelles dont le projet à besoin. Le collaborateur mène le projet et en détient tous les droits sauf pour ce qui est des ressources fournies par HØ. Le collaborateur peut se retirer du projet à tout moment et garder le fruit de son travail. La participation de HØ ne doit pas être mentionnée publiquement sans que la chose soit d’abord discutée entre les parties. Le collaborateur est bien entendu invité à discuter de son expérience avec HØ et d’en faire le bilan, mais cette activité est facultative et reste à la discrétion des parties.
 
Soutenues :
s’adresse à des collaborateurs désireux de non seulement voir un projet mené à bien, mais aussi d’en assurer le suivi. Le collaborateurs doit soumettre le projet à HØ ou HØ peut soumettre le projet au collaborateur. Il s’agit de la seule forme de collaboration ou le projet peut provenir des deux parties impliquées. La préparation, le déroulement et le bilan de l’expérience impliquent donc HØ et le collaborateur. Le collaborateur ne mène pas le projet par lui-même, mais avec HØ et ainsi ne possède pas la totalité des droits sur le projet. HØ ou le collaborateur peuvent faire cesser le projet d’un accord commun et mutuel mais en aucun cas, le projet ne devient la propriété exclusive d’aucune des parties sauf l’exception suivante : en cas de grave dissidence ou de désaccord important, la propriété de l’ouvrage s’en trouve partagé et la collaboration nulle, chaque partie à le droit de faire ce que bon lui semble avec les résultats du projet avorté sans mention aucune d’une entente ou d’une collaboration avec l’autre parie. La propriété sera partagée ou le projet sera détruit si la collaboration ne va pas jusqu’au bilan. Cette dernière étape de la collaboration – le bilan – s’effectuera par HØ et le collaborateur selon les modalités décidées par HØ. Le résultat du bilan appartient à HØ à des fins d’archivages dont le nom du collaborateur sera effacé.

 
Catégorie: 
Projet
Sous-catégorie: 
Groupe