Politique de membership à distance

Version imprimablepublié par Hors-d'Øeuvre le 21 mars 2012

Au fil des années à venir, on peut deviner qu'il arrivera régulièrement qu'au moins un membre de notre groupe se retrouvera hors du port d'attache montréalais. Les problèmes récurrents de communication, notamment formelles, qui sont survenus lors de l'aventure trifluvienne de Martin (2008-2010) démontrent la nécessité de mécanismes clairs afin d'en venir à bout conformément à un haut niveau de sécurité informatique. Mises en place, ces mesures privilégieront une collaboration soutenue et des rapports de qualité entre QG et exilés.

 

1. Mise en place

1.1 Chaque exilé devra, avant son départ, se doter s'il y a lieu d'une webcam (ou idéalement d'un laptop à webcam intégrée), d'une partition Linux sécurisée permanente ainsi que d'un fil réseau standard (lien entre ordi et routeur).

1.2 Après étude et recommandation, un logiciel de téléconférence est adopté en réunion générale. Il est ensuite installé et dûment testé sur chaque ordi concerné.

 

2. Réunions générales

2.1 Dans la mesure du possible et s'il y a lieu, les options de rendez-vous pour les réunions générales en incluent certaines adaptées au fuseau horaire des exilés et, en cas d'égalité et d'équivalence de préférences, celles-ci ont préséance. Le lieu de réunion doit par ailleurs être doté d'un routeur permettant les opérations suivantes.

2.2 Hormis pour les motifs de retard et d'absence déjà admis dans les autres politiques ou pour des aberrations dues aux fuseaux horaires, l'exilé est tenu d'être présent à toute réunion générale au même titre que les autres membres du groupe.

2.3 À moins d'une démonstration soutenue de grande fiabilité technique et de ponctualité via un membre unique, deux membres locaux doivent apporter leur ordi au lieu de réunion.

2.4 Chaque exilé ainsi qu'un délégué local activent le logiciel de téléconférence à l'heure de réunion, via connexion filaire. En cas de problème, les parties doivent immédiatement prendre contact via messagerie instantanée pour le régler; si le problème est local, le second délégué tente de prendre le relais.

2.5 Un cas d'impossibilité de liaison à responsabilité claire est considéré comme une faute, à traiter comme telle par les politiques en vigueur à cet effet.

 

3. Communications bilatérales et équipes permanentes

3.1 Les membres locaux d'une équipe permanente comptant un exilé ont une responsabilité d'échange régulier avec ce dernier quant à leur travail s'il y a lieu.

3.2 La téléconférence non-sécurisée (ordi ou logiciel, ex. Skype) est permise entre nous uniquement à fins clairement amicales ou dans le cadre de la politique d'urgence.

 

4. L'équipe Projet est responsable du suivi de cette politique.

Catégorie: 
Projet
Sous-catégorie: 
Groupe