Politique de pause

Version imprimablepublié par Hors-d'Øeuvre le 21 mars 2012

Rendu de la décision quant à une pause

1. Un membre qui se voit incapable de fournir le temps nécessaire à HØ pendant une durée moyenne ou longue – les vacances étant prévues pour les brèves absences – est en pause. Il s’agit d’une suspension volontaire : la demande de pause peut être faite par le membre en question, auquel cas le groupe se réserve un droit de refus.

2. Le membre est tenu de s'expliquer minimalement 48 heures avant une réunion générale, par écrit, des raisons de son choix, et un point à l'ordre du jour sur ce sujet seul doit être traité en priorité. Si la pause est acceptée par le groupe, le membre doit quitter la réunion à la suite du point ou faire la demande de rester pour cette seule réunion, à laquelle il aura encore le droit de vote (aucun spectateur n'est toléré au sein de Hors-d'Øeuvre).

3. Une pause doit avoir une durée minimale d’un mois. En deçà d’un mois, le groupe demandera à l'individu en pause d’utiliser les semaines de vacances prévue à cet effet.

4. Chaque membre a droit à quatre semaines de vacances par année, gérées de la façon voulue par chacun.  La période de vacances doit être annoncée au moins deux semaines avant la date prévue. Si le point I.3. s’applique, la durée de la pause est proposée par le membre qui en fait la demande, et la décision finale est prise conjointement entre le groupe et le membre concerné en réunion générale, et non pas via une personne intermédiaire ou par messages informatiques.

5. La demande de pause peut être faite par le membre en question, auquel cas le groupe se réserve un droit de refus.

6. Une pause peut également être imposée par le groupe, en regard d'une constatation générale de manquements répétés, de fatigue majeure ou de problèmes de santés ou personnels. En ce cas, le membre doit se plier à la décision du groupe. Si le point I.4 s’applique, la durée de la pause est déterminée unilatéralement par le groupe, qui s'engage à assurer un suivi avec la personne en pause afin de travailler à sa réintégration future.

 

Statut du membre en pause

1. Un membre en pause a le statut équivalent à un membre suspendu, et perd les privilèges liés au statut de membre actif. Les dits privilèges sont l’accès à tout moyen de communication informatique interne et aux instances décisionnelles.

2. Le membre en pause se doit aussi de respecter les modalités prévues au Code d'honneur  qui peuvent s'appliquer. C'est ainsi qu'en public, la solidarité demeure et si un acte posé par le groupe suscite le désaccord, le membre en pause a pour responsabilité la suspension de son jugement jusqu'à sa réintégration.

3. Le paiement de l’impôt révolutionnaire du membre en pause se poursuit durant toute sa durée.

 

Politique de réintégration

1. La réintégration au groupe n’est pas automatique. Ainsi, le groupe peut décider, pendant ou au terme de la pause, d’expulser le membre chômeur en raison de manquements graves et répétés et/ou d'une non-volonté de la personne concernée de ne pas modifier le comportement qui l'a propulsé dans cette situation. Dans ce cas, le groupe se réserve le choix de la méthode qu'il prendra pour annoncer la nouvelle à la personne visée. À moins que cela s'oppose aux intérêts du groupe, la tenue d'une rencontre avec le membre en pause sera privilégiée.

2. La mise en branle du processus de réintégration à la fin d’une pause incombe au groupe. Les personnes du groupe responsables de ce volet doivent rapidement contacter le membre en pause afin de discuter des modalités de la réinsertion, en l’occurrence, la date de la réunion de réinsertion, et les sujets qui seront discutés.

3. La réunion de réintégration se déroule comme une réunion d’adhésion, en ce sens qu’une présentation du groupe doit être effectuée, incluant une explication des travaux en cours et de leur état d’avancement, des engagements, de la direction et des objectifs généraux de l'organisation. Ce processus diffère de cas en cas, selon la nature des changements ayant eu cours dans l'organisation depuis le départ du chômeur. Le processus a pour but l'explication des structures, projets et changements du groupe depuis son départ.

4. Le groupe proposera une réintégration complète conditionnelle à l'acceptation de ces changements et à l’implication du membre réintégré selon les modalités prévues au Code d'honneur, c'est à dire qu'il aura dès lors les mêmes obligations que chaque autre membre.

5. Le membre en voie de réintégration peut évidemment émettre des critiques, mais il doit se soumettre aux structures décisionnelles du groupe, ainsi qu'à toutes les décisions déjà adoptées, quitte à formuler ultérieurement des propositions afin de modifier partiellement ou totalement la ligne politique et interne du groupe. Hors-d'Øeuvre ne réintégrera pas un membre qui est en désaccord avec plusieurs de ses décisions ultérieures par soucis de camaraderie ou excès de sentimentalisme, mais se basera sur la volonté politique du membre à participer - et donc améliorer - le groupe, dans une perspective d'entente commune et non de confrontation. En ce sens, si un membre en pause développe des critiques aigües des tendances prises par le groupe, nous encourageons ce membre, dans la mesure où sa réintégration serait inenvisageable pour HØ, à initier un nouveau projet sur ses propres bases.

Catégorie: 
Projet
Sous-catégorie: 
Groupe