L'innocence en lambeaux

Version imprimablepublié par HØ-archives le 21 octobre 2008

La gamine est partout!

Dans un lac, dans un ravin, sur une pellicule, dans un Wal-Mart sur un mur, à voiture, train, bateau, avion! Partout… et nulle part à la fois. Cédrika est introuvable, à l’image d’une blague cruelle du dessinateur de « Où est Charlie? ». C’est une tragédie quand les acteurs réagissent à la disparition prématurée d’une enfant; c’est un suspense quand ils se donnent pour objectif de la retrouver. C’est une comédie quand les tragédiens tergiversent et quand les héros sont des incapables; quand l’histoire finit en queue de poisson.

Après plus d’un an, les recherches s’étendent désespérément à la planète. Et si Cédrika Provencher ne revenait jamais, notre expérience aura-t’elle suffi à empêcher l’effacement atroce d’autres bambins? Bien sûr que non! Qu’avons-nous fait de si extraordinaire depuis cet événement? Prenez un peu de recul en lisant ceci : si Cédrika est morte, je recherche un cadavre et les cimetières abondent dans le sens de l’inutile. « Mais elle n’est peut-être pas morte? » « Serait-il possible que mes vœux ne soient pas exaucés? » Allons, combien de fois ont-ils été exaucés? Que pouvez-vous au sort de Cédrika maintenant?

Cet environnement hostile aux fillettes innocentes, on vit en plein dedans!

Cédrika, c’est le Christ; certains l’attendent depuis des millénaires, d’autres, qui le croient perdu pour une raison quelconque, n’y ont toujours rien compris. Heureux ceux qui ignorent ces bêtes passe-temps. La futilité d’une activité sans résultat, d'une mystique n'aboutissant à rien masque la trame d’un mauvais film. Certains ont tout bonnement fuit la salle de projection, mais qu’y a-t-il en dehors? La déception stupide d’un spectateur devant une rue bondée ou déserte qui ressemble à s’y méprendre à celle qu’il a d’abord laissée pour entrer au ciné.

La police impuissante supervise tout ce cirque par obligation morale. Mais là où l’administration échoue encore, les citoyens s’obstinent avec un acharnement qui ne les convainc même plus. Trois-Rivières toute entière vibre au diapason des nouveaux indices qui n’abondent pas : tous remettent en question les pistes confuses des personnages débonnaires ou déments qui alimentent la fausse route des recherches. Cédrika est un passe-temps comme tous les autres. Il se démodera, laissant derrière lui les portraits vieillis, jaunis, que seuls les solitaires ennuyés de cette ville remplaceront encore après 10 ans. Toute cette énergie, tous ces efforts, perdus à jamais! Cédrika est un souvenir, une bravade dans le cour capricieux du temps qui s’estompera au prochain drame, à la prochaine disparition. Après tout, il y a peu de chance que la petite apparaisse au Téléjournal pour annoncer que toute cette histoire n'était qu'un malentendu!

Bref, Cédrika est morte et c’est une pure perte! Zéro chance de la retrouver entière. Le gâchis a-t-il atteint sa limite? « Que faites-vous ce soir? Allez-vous au Temple? Restez-vous à la maison à regarder un petit film? Peignez-vous une toile? Vous adonnez-vous aux plaisirs rupestres? Vous êtes avec votre copine? Cédrika?! » Peu importe, on y reviendra. Pour ceux-là qui prient encore pour Cédrika Provencher, vos pensées l’accompagnent dans un champ entre Trois-Rivières et Montevideo.

Catégorie: 
Archives
Sous-catégorie: 
Trois-Rivières

Du même auteur


02/09/2009
13/03/2009
24/02/2009