Dissection

De 2005 à 2009, Hors-d'Øeuvre s'est réalisé à travers une critique provocatrice du milieu militant en général et du milieu anarchiste en particulier. Quelquefois, il s'est aventuré au-delà de cette cause très limitée. Nous vous invitons à connaître notre passé, pas toujours glorieux, mais dont nous n'avons pas à rougir du moment où nous en avons tiré les leçons nécessaires. L'ancien site Internet était divisé en les sections Initium, pour les messages d'accueil, Dissection, pour les textes d'analyse, Appétence, pour les blagues écrites rapidement qui cachaient toujours un fond de vérité, Réflection, pour les images et Cacaphonie, pour les sons. Nous avons aussi ajouté, dans la sous-catégorie Trois-Rivières, les articles du blogue qu'entretenait Martin Lord quelque part à 125 kilomètres de Montréal.

Déclaration de guerre

Texte distribué par la Coalition pour le progrès en milieu anarchiste (CPMA) lors des apparitions publiques de John Zerzan à Montréal au cours des prochains jours. Les individus associés à HØ participent aux activités de la CPMA et ont eu la permission de celle-ci pour publier ce texte.

publié par HØ-archives le 15 Mai 2008

Afterparty!

Texte distribué lors du spectacle de Teki Latex et Omnikrom, ce soir au National. Cliquez ici pour le tract en format PDF.

publié par HØ-archives le 23 février 2008

Nous sommes tout, faisons rien: Règlement de comptes #2

Ce texte a été diffusé dans le cadre d'un débat convoqué au sujet du groupe-revue De l'ostie de marde, où ses participants brillèrent par leur absence. Cliquez ici pour le tract en format PDF.

publié par HØ-archives le 18 février 2008

Hors de prix

Ce texte a été diffusé dans le cadre d'un rassemblement d'appui au pirate informatique Gérémi Adam organisé lors de l'ouverture de son procès à Montréal. Cliquez ici pour le tract en format PDF.

publié par HØ-archives le 30 janvier 2008

« Francis Dupuis-Déri »

« Vous aurez l’impression que je n’ai rien dit, que je ne me suis pas prononcé, que j’ai fui les réponses. C’est que je crois que la culture québécoise permet justement de dire tout et n’importe quoi et que c’est cela qui fait sa merveille. Certains diront qu’il s’agit là d’une conclusion pathétique qui démontre bien la faiblesse de la culture québécoise qui s’embourbe dans un relativisme dissolvant. »

Francis Dupuis-Déri,
Frénétiques, p. 60, 1998.

 

publié par HØ-archives le 27 octobre 2006

Pages