Crève salope!

Version imprimablepublié par HØ-archives le 8 mars 2008

Texte distribué lors du spectacle de Cuizinier et Omnikrom, ce soir au National, dans le cadre de la Journée internationale des femmes. Cliquez ici pour le tract en format PDF.

Les autres féministes m'ennuient. La plupart, le 8 mars, ne font que parader en famille pendant que les proxénètes font des affaires d'or. C'est folklorique une manifestation annuelle où les militantes habituelles font le trottoir. Une pancarte n'a jamais fermé la gueule d'un macho. J'aspire à mieux.

Pendant un certain temps, j'ai cru que Hors-d'Øeuvre allait résoudre les contradictions de la gauche radicale. J'en suis donc devenue membre après un entretien de sélection. S'en est suivi un camp d'entraînement où la méthodologie de Jacques Mesrine, ce bon vivant, fut décortiquée dans les moindres détails. À ma grande déception, le plan de kidnapping de «Francis Dupuis-Déri» fut avorté pour des motifs humanitaires. Ils n'ont pas de couilles. Pas de temps à perdre avec ces révolutionnaires de salon, moi je veux de l'action. RIGHT FUCKING NOW!

Anarcho d'accord, mais gangster d'abord. À la violence faite aux femmes doit répondre la violence des femmes. Mon organisation post-HØ développe une praxis de haut calibre en vue d'éliminer les machos influents. Notre lutte contre le patriarcapitalisme vise à empêcher la reproduction des inégalités de genres. La lutte des genres, ça a de la classe!

Aujourd'hui, ma cible ne pourra pas m'échapper. Quelques techniques de séduction suffiront pour qu'il me suive comme un caniche. Après tout, c'est un gars facile comme tous les autres. Il sera saoul, juste à point pour ma cuisine et je n'ai rien d'une vegan.

Après l'avoir dénudé, je le coucherai pour ensuite l'attacher avec de vraies menottes, gracieuseté de ma dernière proie. Je lèverai ma jupe et m'installerai sur sa bouche. «Allez, lèche ma chatte connard, fais voir comment t'es doué.» La sale pute protestera et je l'obligerai à avaler. De plus en plus excitée, je me cambrerai brutalement et l'étoufferai un peu. Je couperai court à ses protestations en lui enfonçant un gag ball dans la gueule. Je m'émerveillerai de voir le sang couler de ses couilles, alors que d'un trait assuré je lui déchirerai la peau du prépuce à l'anus. Dans le silence, je complèterai mon action féministe surprise en embrochant le jeune et tendre Cuizi Cuiz. Je me masturberai devant mon oeuvre et jamais je n'aurai atteint un orgasme aussi violent.

Pas de joie pour les machos, ça c'est ma loi.
À tantôt petite garce, on se retrouve à l'afterparty.

Catégorie: 
Archives
Sous-catégorie: 
Appétence

Du même auteur


02/09/2009
13/03/2009
24/02/2009